close

Expositions

En collaboration avec la Kaserne Basel et la Kunsthalle Basel, et en partenariat avec le Centre culturel suisse à Paris.

Aux confins de plusieurs champs artistiques – danse, théâtre, art plastique et arts vivants – la performance est devenue un médium privilégié pour plusieurs générations d’artistes suisses. Le Musée Tinguely célèbre cette histoire à travers l'exposition 60 ans d'art performatif en Suisse réunissant plus de cinquante artistes, et qui, chaque mois, ouvre ses portes à un vibrant programme d’actions éphémères et d’événements pluridisciplinaires.

60 ans d’art performatif en Suisse musée Tinguely, 20.09.2017 - 28.01.2018

Buren Mosset Parmentier Toroni
Manifestation 1, 2, 3, 4 (1967)

Manifestation n°1, travail en public pendant le vernissage, 3 janvier 1967

Manifestation n°2, décrochage des œuvres et départ vers 18h. Les artistes laissent une banderole avec l’inscription “BUREN, MOSSET, PARMENTIER, TORONI, N'EXPOSENT PAS”, qui reste en place pendant la durée de l‘exposition.

Manifestation n°3, Musée des arts décoratifs, Paris, 2 juin 1967

Manifestation n°4, Musée d'art moderne de la ville de Paris, septembre 1967, exposition avec projection de diapositives et bande sonore.

Durant le 18ème Salon de la jeune peinture à Paris, Manifestation n°1 se présente sous la forme de travaux sur l'exposition durant le vernissage, le 3 janvier 1967. Manifestation n°2 représente le retrait de ces oeuvres et le départ des artistes à 18 heures, ceux-ci laissant une bannière dans la salle indiquant que "BUREN, MOSSET, PARMENTIER, TORONI, N'EXPOSENT PAS". La bannière reste visible durant toute la durée de l'exposition.

Le 2 juin 1967, Manifestation n°3 prend place au Musée des arts décoratifs sous la forme d'une performance qui avait été annoncée mais qui n'aura pas lieu. Manifestation n°4 est une exposition mettant en avant des diapositives et des enregistrement audio au Musée d'art moderne de la ville de Paris en septembre 1967.

En décembre 1967, en désaccord avec le reste du groupe, Michel Parmentier se désolidarise de l’association éphémère. Alors que Buren, Mosset et Toroni proposent une Manifestation n°5, Parmentier rédige un tract qui marquera la fin de Buren Mosset Parmentier Toroni.

John M Armleder & Christian Marclay
Simultaneous Duo Versions (2014, vidéo, 56'02'')

John M Armleder et Christian Marclay avaient performé ensemble en 1985 à New York et en 2006 à Philadelphie. Ce programme de performances a été conçu, réalisé et filmé à l’ECAL, Lausanne, le 11 mars 2014. Un art qui, très sérieusement, ne se prend pas au sérieux. De l’art avec rien, ou avec tout, avec la vie, dans la vie. 

Manon
Manon Presents Man (1976)

Papier peint réalisé pour l'exposition à partir d'une diapositive

Manon Presents Man est une performance au cours de laquelle sept hommes évoluent tel un tableau vivant dans la vitrine d’un magasin à Zurich. Inspiré par le quartier rouge d’Amsterdam, ce dispositif fait des hommes à leurs tours des objets de désir.

Manon
On Manon, 1974-1977 (1977, 4'35'')

Diaporama vidéo réalisé pour PerformanceProcess à partir du livre d’artiste, 4’35’’

Manon réalise elle-même ce livre qui condense ses recherches avec des photographies, collages, notes, et donne une idée de la performance permanente qu'est sa vie durant ces années. 

 

Muda Mathis & Sus Zwick
Unser aller Schlaf (2016, vidéo, 4'57'')

3 vidéos synchronisées, son

Cette œuvre, basée sur des jeux de mots, de sens, de sons - en anglais (Sleep, Slap, Slack, Sheep…) est ludique, poétique, provocatrice, et propose le sommeil comme pratique révolutionnaire. C’est aussi une œuvre où plusieurs figures de la scène bâloise de la performance se rejoignent au son d’un nouveau disque des Reines Prochaines, Sleep is individual anarchy.

 

Neopost Foofwa
Neopost Foofwa (Foofwa d'Imobilité) - Circumvolution.Dancewalk (2016, vidéo)

Circumvolution.Dancewalk autour du Palais Garnier, Paris, 21 juin 2016, vidéo

Le 21 juin 2016, du lever du soleil à son coucher, soit pendant 16 heures et 10 minutes, Foofwa d’Imobilité a effectué 100 révolutions dansées autour de l’Opéra, soit un Dancewalk de plus de 50 kilomètres de danse.

Neopost Foofwa
Neopost Foofwa (Jonathan O'Hear & Timothy O'Hear & Martin Rautenstrauch, en collaboration avec Foofwa d'Imobilité) - DAI (Dancing Artificial Intelligence) (2017)

Robot conçu et construit par Jonathan O’Hear, Timothy O’Hear, Martin Rautenstrauch, en collaboration avec Foofwa d’Imobilité.

DAI, un robot rempli de technologie, devrait apprendre à danser puis acquérir une sorte d’autonomie stylistique. Il sera activé dans le grand hall du Musée Tinguely, au rez-de-chaussée.

DAI est soutenu par la ville de Genève, le canton de Genève, Pro Helvetia, la Fondation Nestlé pour l'Art, le Centre culturel suisse Paris et la Fondation ImpactIA.

Olivier Mosset & Cristina Da Silva
Run (2011, vidéo, 22'42'')

Vidéo couleur, son

En 2009, pour le festival Eternal Tour, Olivier Mosset propose d'organiser un « run » avec le club de bikers de La Chaux-de-Fonds, le King Kustom Bike. Cristina Da Silva, installée à l'arrière de la moto de l'artiste, filme le périple qui mène le groupe vers Neuchâtel en sillonnant le paysage bucolique jurassien. 

Urs Lüthi & David Weiss & Willy Spiller
SKETCHES (1970)

Portfolio composé de 9 feuilles de 39.6 x 27.4 cm, 8 photographies et 1 texte de Jean-Christophe Ammann, édition Galerie Toni Gerber, Berne

Les Sketches sont une forme de souvenirs de jeux. Ils comportent une dimension consciente et réfléchie qui leur confère une poésie qui repose sur la spontanéité de l’action et le plaisir du jeu de la part des participants. Urs Lüthi et David Weiss s’amusent à prendre des postures, photographiés par Willy Spiller.

Alexandra Bachzetsis
Alexandra Bachzetsis et Julia Born, This Side Up (2007, 17')

Vidéo couleur, sans son, 17’.

Affiche A3 recto verso conçue par Julia Born

This Side Up est une œuvre emblématique de sa réflexion sur le mouvement du corps, performé sur une scène, monté sur un écran et traduit en « partition » imprimée.

Heidi Bucher
BODYSHELLS (1972, vidéo couleur, son 2'33'')

Sur une plage à Los Angeles, une étrange danse de quatre sculptures molles, qui bougent et changent de formes. Ces « figures », qui peuvent évoquer des animaux marins, des fusées miniatures ou des légumes géants, sont réalisées en caoutchouc-mousse et mise en mouvement par l'artiste et sa famille.

Miriam Cahn
Lesen in Staub (1986, vidéo)

Craie, installation vidéo 3 écrans, 580 cm x 170 cm

Lesen in Staub est représentative de sa pratique de la performance liée à la sculpture. Elle sculpte des blocs de craie, en s’autofilmant. Les vidéos de l’action très physique côtoient au final les blocs modulés par ses gestes et disposés en installation.

 

Luciano Castelli
Solarium (1973)

Photo encadrée

Solarium est sa première performance réalisée à la Stichting De Appel à Amsterdam. Il est allongé devant un écran où sont projetées des diapositives le montrant dans diverses postures. 

Luciano Castelli
Big Birds (1980)

Photo encadrée

La performance Big Birds a eu lieu lors d'un défilé de mode de Claudia Skoda à Berlin, qui mettait en scène des positions provocantes et de la nudité.

Luciano Castelli
The Bitch and her Dog (1981, vidéo, 12'21'')

Vidéo couleur, son

La vidéo The Bitch and the Dog documente une performance réalisée à Lyon dans le cadre du 3e Symposium d’Art-Performance. L'artiste Salomé tient en laisse Castelli dans le rôle du chien.

Luciano Castelli
Geile Tiere Concert Dschungel Berlin (Photozeitung) (1981-1982)

Page de journal encadrée, 43 x 63 cm

Les photos de Geile Tiere se réfèrent à un des concerts berlinois du groupe composé de Luciano Castelli, Salomé et Luise Walther, qui a notamment joué en première partie de Nina Hagen.

Luciano Castelli
Geile Tiere Deutschlandhalle Berlin (1981-1982)

Photo encadrée, 41 x 60 cm 

Les photos de Geile Tiere se réfèrent à un des concerts berlinois du groupe composé de Luciano Castelli, Salomé et Luise Walther, qui a notamment joué en première partie de Nina Hagen.

Yan Duyvendak
Keep It Fun for Yourself (1995-2017)

Dès 1995, il interprète a cappella des chansons qui discourent sur l’art, interrogeant le rôle de l’artiste. Son corpus actuel de Keep It Fun For Yourself se compose de 60 chansons.

Massimo Furlan
Furlan Morges (2014, vidéo, 11'42'')

Vidéo couleur, son, 11’42’’

Furlan Morges est un clin d’œil à Fellini Roma (1972). La horde de motards traversant la ville éternelle est transposée par les amis d’enfance de l’artiste roulant en vélomoteur dans Morges, sa ville natale.

Massimo Furlan
Tunnel (2015, vidéo, 43'43'')

Vidéo couleur, son, 43'43''

Tunnel évoque les allers-retours de la famille Furlan entre la Suisse et l’Italie. L’artiste court les 6 km du tunnel du Grand-Saint-Bernard, éprouvant physiquement ce passage, à la fois lien et séparation.

Massimo Furlan
Numéro 10 / Plays (2006 et 2017, vidéo, 74'02'')

Vidéo couleur, son, 74'02''

Numéro 10 est un des projets les plus fous de Furlan. Jouer seul un fameux match de foot qu’il a vécu adolescent, dans un vrai stade, avec un commentateur de l’époque et devant un public. Ici, il joue Michel Platini dans la demi-finale France-Allemagne du Mondial 1982 à Séville.

Fabrice Gygi
Always upright (1995, 44'15'')

Always upright a été réalisé au Kaskadenkondensator à Bâle. L’artiste parcourt l’espace, guidé par deux fils parallèles qui traversent ses lobes d’oreilles et provoque un son irritant. 

Fabrice Gygi
A Gentleman's Agreement (2002, 6'31'')

En 2002, à la Biennale de Cétigné au Montenegro, il propose A gentleman’s agreement, performance au cours de laquelle il met le feu à une maison métallique qu’il a façonnée pour le dos de sa main.

Fabrice Gygi
Monopoly Spirit Reactor (2012-2013, 8'09'')

A la galerie Francesca Pia à Zurich en 2012 et au Centre d’art Les Eglises à Chelles en 2013, il présente Monopoly Spirit Reactor, un rituel où il se recouvre la tête d’un objet sphérique.

Eric Hattan
Et moi et moi et moi (2003-2017)

Vêtements, bambous, assiettes peintes à la main

En 2003, pour une exposition à Buenos Aires, il explore la ville et achète chaque jour un nouvel ensemble de vêtements. Il se change au musée et réalise une installation avec ses habits. A Bâle, il ajoute une série de photographies, où on le voit se changer et passer ainsi d’une identité à une autre. 

 

Thomas Hirschhorn
Fifty-fifty à Belleville (1992, vidéo, 11')

Vidéo couleur, son

Devant une station de métro, l’artiste distribue des feuilles où ses collages n'occupent qu'une moitié de la surface, l'autre étant libre.

Thomas Hirschhorn
Invisible Merci Man (1996, vidéo, 4'02'')

Vidéo couleur, son, 4’02’’

Dans l'atelier, il extrait un à un des éléments d'un tas d'œuvres devant la caméra, proposant ainsi une « exposition » éphémère.

 

Florence Jung
jung34 (2014)

Cette performance est activée par les commissaires de l'exposition (Séverine Fromaigeat, Jean-Paul Felley et Olivier Kaeser) pendant la durée de l'exposition, peu importe où ils se trouvent.

San Keller
Nach der Kunst (2014)

Matériel de coiffeur.

Nach der Kunst est un dispositif qui propose au visiteur de s’assoir face à une œuvre de la collection du musée. L’artiste fait au visiteur une coupe de cheveux inspirée par l’œuvre en question.

Nach der Kunst est présentée pendant la durée de l’exposition. Elle s’inscrit aussi dans sa performance Perform an Institution for 24 Hours, prévue les 13 et 14.11, et composée des œuvres suivantes : Schlafen Sie mit San Keller vor den Türen zur Kunst, 1999 ; San Keller trägt Sie hoch zur Kunst, 2002 ; Nothing is Perfect, 2005; Digestiv (Walk), 2009; Nach der Kunst, 2014.

Heinrich Lüber
Volute (2015-2017)

Sculpture activée par l’artiste pendant l’exposition, sans horaire déterminé

Avec Volute, conçue pour PerformanceProcess, il cherche à incarner la parole dans un geste plastique et spatial. S’inspirant de la figure comique d’Arlequin, il évolue sur un miroir elliptique, avec un cor baroque qui semble émerger de son corps.  

 

Urs Lüthi
Bologna Performance (1975)

Impression pigmentaire, 80 x 104 cm

Pendant le vernissage de la Foire d’art de Bologne, Urs Lüthi distribue aux visiteurs une enveloppe contenant un autoportrait non développé.

Urs Lüthi
Opening Performance Diagramma (Milan, 1972)

Impression pigmentaire, 80 x 60 cm

Durant son vernissage, Urs Lüthi déguisé en lapin, sautille dans l’espace d’exposition de la galerie Diagramma, en essayant de se cacher.

Urs Lüthi
Napoli Performance (1975)

Impression pigmentaire, 80 x 120 cm

Au studio Morra, Urs Lüthi offre à chaque visiteur une carte avec l’empreinte de son baiser et la mention « you are not the only who is lonely ».

Urs Lüthi
Mille Rose rosse (Milan, 1974)

Impression pigmentaire, 80 x 122 cm

Durant toute la journée, Urs Lüthi jette au ralenti 1000 roses sur le sol recouvert d’ordures de la galerie Marconi.

Urs Lüthi
Performance Firenze, the lonely Saxophone (1974)

Impression pigmentaire, 80 x 144 cm

À la galerie Schema, Urs Lüthi joue du saxophone pendant 2h30, sans interruption et avec beaucoup d’émotions, alors qu’il n’a jamais appris à jouer de cet instrument.

Urs Lüthi
L'artiste est dans la cave (Genève, 1974)

Impression pigmentaire, 80 x 62 cm

A l’occasion de sa performance au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, un somptueux buffet fut installé dans l’une des salles d’exposition, alors que l’artiste était assis dans la cave.

Urs Lüthi
This is about you (Rome, 1973)

Impression pigmentaire, 80 x 177 cm

A l’occasion  de l’exposition Contemporanea organisée par Achille Bonito Oliva, Urs Lüthi reconstitue un décor de bistrot dans un garage souterrain à Rome. Il occupe une table durant 2 semaines, plusieurs heures par jour, en exécutant au ralenti des mouvements minimaux et en fixant les visiteurs, en évitant tout contact visuel direct.

Urs Lüthi
Vue d'ensemble

Photographies dans l’ordre de la liste ci-dessus, de gauche à droite.

Christian Marclay
Gestures (vidéo, 1999)

Les quatre films qui composent Gestures captent la main de Christian Marclay qui scratche, raye, contrarie la vitesse de rotation des disques posés sur des platines. Ses gestes altèrent la nature analogique de l’enregistrement et transforment les vinyles en véritables instruments de musique.

Christian Marclay
COMPILATION DE VIDÉOS ET DE CAPTATIONS DE PERFORMANCES (DURÉE TOTALE 25'39'')

Record Payers, 1984
Les Sortilèges – In Bann des Zaubers (extrait), Marshal Theater, Munich, 1996
One Hundred Turntable Orchestra (extrait), Tokyo Panasonic Hall, 1991
Berlin Mix (extrait), Strassenbahndepot, Berlin, 1993
Smash Hits, The Kitchen, New York, 1991
Ghost (I don’t live today), The Kitchen, New York, 1985
Dead Stories (extrait), The Performing Garage, New York, 1986
Fast Music, extrait de Commercial Eruptions, film de Yoshiko Chuma, 1982

Dieter Meier
Two Words (1971)

25.02.1971, 16:00 – 18:00, 57th Street / 8th Avenue, New York

Dieter Meier paie un dollar à chaque personne qui choisit le mot YES ou NO en le prononçant à haute voix. Chaque achat s’accompagne d’un certificat.

 

Dieter Meier
Pink (1969)

05.11.1969, Bahnhofstrasse / Bellevue / Heimplatz / Paradeplatz, Zürich

Tirage N/B sur papier

Un ruban plastique de 15 m de long est collé en diagonale dans l’espace public d’une ville.

 

Dieter Meier
5 Days (1969)

17.11.1969 - 21.11.1969, Heimplatz, Zürich

Dieter Meier compte des pièces en métal dans un parc public. Durant 5 jours, 8h par jour, il remplit chaque sac de 1’000 pièces.

Dieter Meier
Confirmation of Passage (Gang-Bestätigung) (1970)

06.07.1910, 17:00 – 20:00, Helvetiaplatz, Zürich

Un espace est défini pour le public. Chaque personne franchissant cet espace reçoit un certificat avec son nom, la date et l’heure attestant de ce passage.

 

Dieter Meier
Gehen (1979)

13.07.1970, 18:00 – 19:00, Bellevue, Zürich

Dieter Meier marche une heure durant sur une distance de 20m de long dans un espace public. Cette action a été annoncée préalablement dans la presse.

Dieter Meier
This man will not shoot (1971)

23.02.1971, 21:00 – 23:00, The New York Cultural Center, New York

Dieter Meier est posté dans le hall d’entrée de l’institution, un revolver à la main. A côté de lui est posé, à même le sol, un cartel avec l’inscription This man will not shoot.

 

Dieter Meier
Datum I/II (1972)

27.06.1972, documenta 5, Bahnhofsplatz, Kassel
Dieter Meier fait sceller au sol une plaque commémorative, avec l’inscription : « AM 23.MAERZ 1994 VON 15.00-16.00 UHR WIRD DIETER MEIER AUF DIESE PLATTE STEHEN KASSEL, 27.JUNI.1972 » 

23.03.1994, Bahnhofsplatz, Kassel
Le 23 mars 1994, entre 15:00 et 16:00, Dieter Meier se tient sur la plaque métallique disposée à cet endroit 22 ans plus tôt, entouré de public. La plaque est descellée après 60’.

Tony Morgan
London Rome Walk (1960)

Photographie, 37.8 x 27 cm

En 1960, Tony Morgan réalise sa première performance, une marche de Londres à Rome, où se déroulent les Jeux olympiques. Au départ et à l'arrivée, il se fait photographier et interviewer. 

 

Tony Morgan
Pause, Lash, Herman Live (1972-1973)

Série de photographies, 140.6 x 101.6 cm chaque, collection Fonds cantonal d’art contemporain, Genève. 

En 1972, Tony Morgan invente Herman, un double androgyne. Sous ce masque, il compose des chansons qu'il interprète et réalise des vidéos et des photographies. 

Tony Morgan
Herman: Spot, Smear, Squeeze, Applause (1973, vidéo, 18'16'')

Vidéos noir/blanc, son, 18’16’’

En 1972, Tony Morgan invente Herman, un double androgyne. Sous ce masque, il compose des chansons qu'il interprète et réalise des vidéos et des photographies. 

Tony Morgan
Volcano (1973, vidéo, 2'13'')

Vidéo noir/blanc, son, 2’13’’, collection Fonds d'art contemporain de la ville de Genève

En 1972, Tony Morgan invente Herman, un double androgyne. Sous ce masque, il compose des chansons qu'il interprète et réalise des vidéos et des photographies. 

Tony Morgan
Munich People (Aktionraum Munich) (1969, vidéo, 20')

Vidéo noir/blanc, son, 20', collection Fonds d’art contemporain de la ville de Genève

Tony Morgan est invité, notamment avec Klaus Rinke, pour inaugurer l’Aktionraum. Cherchant le contact humain, il demande aux visiteurs de lui donner leur nom, date et heure de visite face à sa caméra, pour témoigner de ce face à face, considéré par l’artiste comme la base de la performance. 

 

Tony Morgan
People's Presence (Munich, 21.02.1970)

Photographies

Tony Morgan demande au public de s’aligner en file d’attente, avant de passer devant lui. A ce moment, chaque visiteur et l’artiste se regardent dans les yeux pendant une ou deux minutes.

Gianni Motti
The Big Illusion (1994, vidéo)

Iinstallation de 6 vidéos sur moniteurs.

En 1995, Gianni Motti rencontre Mister RG, un célèbre magicien. Il devient son assistant et apprend très rapidement toutes les ficelles du métier au grand étonnement de son professeur qui peu à peu lui livre ses tours les plus secrets.

Guillaume Pilet
De Pictura (2017)

La Mesure harmonique, de l’humain applicable aux règles transgressées de la peinture étendue à l’espace, impressions papier à partir de photos de la performance réalisée au CCS en 2015, collées à même le mur.

Pour PerformanceProcess au CCS, Guillaume Pilet avait réalisé une performance évolutive sur cinq jours. Chaque jour, un performer, entièrement peint par l’artiste de zébrures colorées, avait interprété un protocole et réalisé, avec les éléments d’un instrumentarium, une peinture géante « en direct ».

Peter Regli
Compilation de vidéos de performances (10'21'')

Reality Hacking, le titre générique des interventions de Peter Regli dans l'espace public, altère discrètement une situation donnée. Sans être clairement lisibles en tant qu'interventions artistiques, ces moments de hacking interfèrent ou piratent la réalité banale du quotidien, semant le doute.

Peter Regli
RH 202, Crash Composition (Zurich, 01.06.2003)

Avec Ensemble für Neue Musik Zurich, Centre d’art contemporain Genève, 11.07.2003, et Centre culturel suisse Paris, 05.12.2003

Peter Regli
RH 205, 8 Ship Sirens (Zurich, 01.04.2004)

Avec Ensemble für Neue Musik Zurich, Centre d’art contemporain Genève (11.07.2003)

Peter Regli
RH 212, Ship Concert (25e Zürcher Theater Spektakel, 12.08.2004)

Avec Ensemble für Neue Musik Zurich

Peter Regli
RH 225, Among Others 5 (Künstlerhaus Dortmund, 27.05.2004)
Peter Regli
RH 226 (Kunstmuseum Bern, 27.08.2004, vidéo couleur, son, 10'21'')
La Ribot
Despliegue (2001, vidéo, 45')

Despliegue (déploiement) est une performance filmée par deux caméras en prise de vue continue. La première caméra, fixe, filme en plongée et témoigne des actions de l’artiste. La seconde caméra, qu’elle tient à la main, capte ce qui l’entoure au gré de ses gestes.

La Ribot
Another Pa Amb Tomàquet (2002, vidéo, 12')

La Ribot prépare sa version du pain à la tomate, en tenant la caméra dans sa main droite et le couteau dans la gauche, avec un fond sonore du pianiste Carles Santos. La pièce constitue une parodie de la scène de la douche de Psychose d’Hitchcock, avec une tournure féministe. 

Anne Rochat
3MAT (2015-2017, vidéo, 240')

Vidéo couleur, son

Le 19 septembre 2015, à la tombée de la nuit, Anne Rochat traverse le lac de Joux à la nage. La température de l’air est 9 degrés, celle de l'eau 14 degrés. Cette performance, filmée en temps réel, est projetée en direct sur la scène du CCS. Le film 3MAT est un montage de cette captation.

 

Christoph Rütimann
Il Contrabandiere (1996)

12 photographies et une carte documentent la performance Il contrabandiere qui consiste en une marche entre l’Italie et la Suisse. Christoph Rütimann parcourt le trajet anciennement utilisé par des contrebandiers en portant un drapeau blanc.

Christoph Rütimann
Hängen am Museum I (1994, vidéo, 11'20'')

Vidéo couleur, son, 11'20''

En 1994, l'artiste suspendu à un câble se fait hisser en haut de la façade du Kunstmuseum de Lucerne qui va être démoli. Durant une heure, il va réaliser le tour du bâtiment suspendu dans son harnais. Il pointe ainsi ironiquement le lien d'interdépendance entre l'artiste et l'institution. Il réitère la performance en 2002 sur le nouveau bâtiment du Kunstmuseum, réalisé par Jean Nouvel.

Christoph Rütimann
Hängen am Museum II (2002, vidéo, 13'57'')

Vidéo couleur, son, 13'57''

En 1994, l'artiste suspendu à un câble se fait hisser en haut de la façade du Kunstmuseum de Lucerne qui va être démoli. Durant une heure, il va réaliser le tour du bâtiment suspendu dans son harnais. Il pointe ainsi ironiquement le lien d'interdépendance entre l'artiste et l'institution. Il réitère la performance en 2002 sur le nouveau bâtiment du Kunstmuseum, réalisé par Jean-Nouvel.

Christoph Rütimann
Hängen an Museum (1994 et 2002)

Harnais utilisé pendant la performance

En 1994, l'artiste suspendu à un câble se fait hisser en haut de la façade du Kunstmuseum de Lucerne qui va être démoli. Durant une heure, il va réaliser le tour du bâtiment suspendu dans son harnais. Il pointe ainsi ironiquement le lien d'interdépendance entre l'artiste et l'institution. Il réitère la performance en 2002 sur le nouveau bâtiment du Kunstmuseum, réalisé par Jean-Nouvel.

 

Christoph Rütimann
Cactuscrackling in the Barca (2015-2017, vidéo)

Cactus, vidéo (dans l’espace Barca)

Il fait un usage particulier des cactus qu’il transforme en instruments de musique en les équipant de capteurs sonores. Dans l’exposition, les cactus sont accompagnés de la vidéo de la performance.

Performance le 15 octobre 2017 à 16h.

 

Katja Schenker
Forteresse (2017)

Terre glaise, base métallique

Forteresse est à la fois une performance et une sculpture. L’artiste construit d’abord une structure polygonale en terre glaise. Pour sa performance, elle s’installe au centre de la construction, et en découpe les parois à l’aide d’un fil, dans un geste très physique. Forteresse a été réalisée dans une première version à Genève en 2011.

Roman Signer
Vers la flamme - Ein Konzert mit Störung (2014, vidéo, 8'40'')

La scène se déroule sur le lac Vernagter, dans le Sud-Tyrol. Un lac, un radeau, un piano constituent le décor dans lequel apparaît le jeune pianiste islandais Víkingur Ólafsson pour interpréter Vers la flamme, joyau mystique du compositeur Alexandre Scriabine. Un élément vient perturber la situation.

Daniel Spoerri
Der Koffer - Tous les Nouveaux Réalistes dans une valise (1961)

A la manière de Duchamp, Spoerri réalise une valise contenant des œuvres des Nouveaux Réalistes. Cette action a été répétée avant sa présentation publique à la galerie Haro Lauhus à Cologne.

Daniel Spoerri
Ultima Cena - Banchetto funebre del Nouveau Réalisme (Milan, 27.10.1970)

L’Ultima Cena (le dernier repas) est un banquet organisé par Spoerri à Milan, qui marque les 10 ans et la fin des Nouveaux Réalistes. Chaque plat fait référence à l’un des artistes du groupe.

Daniel Spoerri
Restaurant Spoerri (Düsseldorf, 1968)

En 1968, Spoerri ouvre à Düsseldorf le Restaurant Spoerri. De nombreuses photographies évoquent les amis artistes et directeurs de musée qui ont fréquenté le restaurant. En 1970, le restaurant est transformé en Eat Art Gallery.

Daniel Spoerri
Variations on a Meal (1964)

Assemblage d'objets sur panneau de bois, 54,5×64,5×16,5 cm, courtesy galerie GP & N Vallois, Paris

Gregory Stauffer
Verbmemove (2013, vidéo, 32'48'')

Verbmemove est un hommage à Richard Serra qui, en 1967, avait établi une liste de verbes liés à ses actions. Le chorégraphe et danseur Gregory Stauffer propose une interprétation de ces verbes.

Jean Tinguely
Study for an end of the world no.2 (1962, vidéo, 21'27'')

Réal. Ray Marsh, film couleur, son

En réponse à l'invitation de la chaîne américaine NBC qui enquête sur le risque de guerre atomique à la suite de la crise des missiles de Cuba, Jean Tinguely construit, avec l'aide de Niki de Saint-Phalle, une sculpture pyrotechnique dans le désert du Nevada.

Jean Tinguely
Homage to New York (1960, vidéo, 7')

Le 17 mars 1960, Jean Tinguely installe dans le jardin des sculptures du Museum of Modern Art, son installation Homage to New York, la première oeuvre d'art auto-destructrice.

Aldo Walker
Esquisses de performances

Photocopies n/b, 21×29.7cm chaque
SIK – ISEA, archives suisses de l’art, HNA 208.1.3.55-56-57-58-62-63-64
Remerciements à Roman Kurzmeyer
Anwesenheit – Abwesenheit (1971)
Identität (1971)
Dia Projektor… (1971)
Hier (1971)
Jetzt (1971)
Kopie (1971)
Absolute Stille (1971)

Les esquisses de projets de performances, dont il n’existe que des photocopies, ont été réalisées en 1971. Ces croquis qui mettent en avant la visualisation de l’action à faire rappellent qu’il a participé en 1970 à l’exposition Visualisierte Denkprozesse au Kunstmuseum de Lucerne.

Anna Winteler
Le petit déjeuner sur la route d'après Manet (1979, vidéo, 22')

Pour l’artiste, cette vidéo où elle marche lentement le long du Rhin tout en se déshabillant marque son passage de la vie de danseuse (art du spectacle) à celle d’artiste visuelle. L’action a été filmée par Reinhard Manz.

 

Anna Winteler
La Traviata II (1980, vidéo, 24'41'')

Dans La Traviata II, l’artiste se laisse tomber à proximité d’un empilement d’objets disposés sur un sol en bois, jusqu’à ce que la totalité de la colonne s’effondre.